SMA Data Manager L - Pilotage intelligent pour les centrales énergétiques

Gestion efficace de centrales photovoltaïques

Le Data Manager L est la solution de gestion de l'énergie optimale pour toutes les centrales photovoltaïques de l'ordre du mégawatt. Il surveille et pilote la production d'énergie compatible avec le réseau dans des centrales pouvant comporter jusqu'à 200 onduleurs de SMA. Le Data Manager L est librement extensible et parfaitement équipé pour répondre aux exigences de la production d'énergie hybride et de ses réseaux intelligents. Grâce à lui, vous êtes d'ores et déjà équipé pour les nouveaux modèles commerciaux du futur marché de l'énergie.

Gestion efficace de centrales photovoltaïques - SMA Data Manager L

Avantages

Fiabilité

  • Performant et robuste
  • Sans entretien grâce au design sans ventilateur
  • Pilotage, surveillance, diagnostic et paramétrage fiables

Paré pour l'avenir

  • Facilement extensible
  • Mises à jour logicielles régulières
  • Rattachement aux marchés de l'énergie de demain

Fonctionnalité

  • Visualisation et surveillance poussées par le biais d'un portail Internet
  • Répond aux exigences de raccordement au réseau
  • Centralisation des informations utiles à la mise en service, l'exploitation et l'entretien de la centrale

Optimisation intelligente

SMA Data Manager L - Sunny Portal

Le Data Manager L et le nouveau Sunny Portal facilitent et simplifient la gestion des centrales photovoltaïques tout au long de leur cycle de vie, ce qui permet des économies de temps et d'argent.

  • Interface utilisateur unifiée
  • Entièrement paramétrable sur site et à distance
  • Vue d'ensemble simplifiée de l'ensemble du portefeuille
  • Identification et résolution rapides et directes des défauts

Général

Non. Entrez le nom d’utilisateur et le mot de passe et annulez ensuite l’exécution de l’assistant d’installation. Les données initiales de l’installation sont encore disponibles et seront automatiquement appliquées.

Les sections de l’installation peuvent être réalisées à l’aide de l’installation maître/esclave. Tous les Data Ma-nager (maître et esclaves) sont représentés dans le Sunny Portal powered by ennexOS comme une seule instal-lation. Dans le Sunny Portal powered by ennexOS, l’installation peut être divisée en sections.

Non. Pour pouvoir détecter de nouveaux appareils, vous devez lancer l’assistant d’installation du Data Mana-ger. Dans l’assistant d’installation, il est également possible d’enregistrer des appareils ayant des mots de passe différents. Cela vous permet d’avoir le même mot de passe d’installation (installateur) pour tous les appareils enregistrés.

Pour des raisons techniques, seuls des certificats propres sont utilisés. Les certificats pouvant être remplacés par un serveur proxy d’interception ne peuvent pas être vérifiés. Pour régler des exceptions pour le pare-feu, ad-ressez-vous à votre administrateur réseau.

Il se peut que le condensateur tampon de l’horloge en temps réel du Data Manager se soit déchargé après une période prolongée sans alimentation en tension. Assurez-vous que le Data Manager ait accès à un serveur de temps sur Internet pour recevoir l’heure actuelle.

Vous pouvez utiliser le bloc d’alimentation de la Sunny WebBox, du SMA Cluster Controller, du SMA Com Gateway ou du SMA Inverter Manager. Vous pouvez également utiliser tous les blocs d’alimentation répondant aux spécifications de la fiche technique et des instructions du Data Manager.

Le SMA Cluster Controller et le Data Manager sont tous deux des enregistreurs de données. Il n’est pas judi-cieux d’exploiter les deux produits en parallèle.

Pour cela, l’installation doit comprendre plusieurs Data Manager M. Chaque Data Manager M prend en charge jusqu’à 50 appareils. Un Data Manager M doit être configuré comme maître. Les autres Data Manager M doivent être configurés comme esclaves.

Sur le Sunny Portal powered by ennexOS, chaque Data Manager M de l’installation doit être enregistré séparément. Tous les Data Manager M sont représentés ensemble dans l’installation. Dans l’Aperçu des appareils, il est possible d’afficher pour chaque appareil à quel Data Manager M les différents appareils sont attribués.

Remarque :

  • Le compteur d’énergie au niveau du point de raccordement au réseau doit être affecté au Data Ma-nager M en mode maître.
  • Seul le Data Manager M en mode maître peut être utilisé pour la régulation de l’installation. Les Data Manager M en mode esclave sont utilisés pour piloter l’installation.
  • Les systèmes I/O via lesquels des consignes de régulation sont définies doivent être connectés au Data Manager M se trouvant en mode maître.
  • Les interfaces Modbus doivent être activées sur le Data Manager M en mode esclave.
  • Les Data Manager M en mode esclave doivent être intégrés en tant qu’appareils Modbus sur le Data Manager M en mode maître.
  • L’appartenance des appareils doit être clairement définie, faute de quoi les valeurs relatives au bilan, à la puissance et au rendement ne s’afficheront pas correctement.
  • La puissance totale de l’installation ne doit pas dépasser 2,5 MVA. Pour les installations de plus grande envergure, un Data Manager L doit être utilisé en mode maître.

Le démarrage de l’interface utilisateur prend un peu plus de temps lors de la première mise en service en raison de processus de configuration internes.

Les appareils suivants sont pris en charge et définis comme appareils :

  • Onduleurs photovoltaïques
  • Onduleurs chargeurs
  • Compteurs d’énergie
  • Système I/O externe
  • Capteur externe
  • Station météorologique
  • Borne de recharge pour véhicules électriques

L’installation avec le nombre d’appareils excédentaire est conservée dans un premier temps. Lors de l’extension de l’installation ou d’un remplacement d’appareil, la limitation du nombre d’appareils prend effet. Dans pareil cas, il est recommandé d’ajouter un Data Manager en mode esclave à l’installation. La puissance totale de l’installation ne doit pas dépasser 2,5 MVA.

Communication

Dans les réglages du routeur, vérifiez si DHCP est activé. Si aucun DHCP ne peut être activé, il est nécessaire d’attribuer une adresse IP statique au Data Manager.

Établissez pour cela une connexion directe au Data Manager via WLAN puis effectuez la mise en service (consultez les instructions relatives au produit). En parallèle, attribuez une adresse IP statique correcte au Da-ta Manager (contactez votre administrateur réseau).

ou

Raccordez le Data Manager à un routeur compatible DHCP situé hors de l’installation puis effectuez la mise en service. En parallèle, attribuez une adresse IP statique correcte au Data Manager (contactez votre administrateur réseau).

Raccordez ensuite le Data Manager au routeur de l’installation. Le Data Manager est désormais accessible via l’adresse IP statique. Suivez les étapes de l’assistant d’installation et procédez aux réglages pour votre installation.

Selon le navigateur Web, il peut arriver que la saisie soit interprétée comme une saisie de recherche. Dans la barre d’adresse du navigateur Web, entrez « https:// » devant l’adresse d’accès du Data Manager.

Afin d’enregistrer le certificat autosigné du Data Manager dans le navigateur Web, il doit d’abord être accepté dans le navigateur Web comme étant digne de confiance. Une fois les réglages par défaut du Data Manager rétablis, ce certificat est reconnu par le navigateur Web comme étant obsolète ou non valide. Supprimez l’ancien certificat dans les réglages de sécurité de votre navigateur Web. Connectez-vous à nouveau au Data Manager et acceptez le nouveau certificat proposé.

Tous les appareils compatibles RS485 raccordés à une SMA Com Gateway peuvent être utilisés avec le Data Manager. Actuellement, la SMA Meteo Station ne peut être utilisée que de façon limitée.

Le tableau suivant indique le volume de données requis de deux installations types :

Installation Profil Version du micrologiciel < 1.10.6.R
10 x Sunny Tripower CORE1
1 x SMA Energy Meter (@ 200 ms)
High 400 Mo/mois
Medium 140 Mo/mois
Low 10 Mo/mois
49 x Sunny Tripower CORE1
1 x SMA Energy Meter (@ 200 ms)
High 410 Mo/mois
Medium 150 Mo/mois
Low 10 Mo/mois

  • FTP-Push : Port 21 (FTP)
  • Mises à jour : Port 80/443 (TLS) / update.sunnyportal.de
  • Synchronisation horaire avec le Sunny Portal (si non fourni par le routeur Internet) : Port 123 (NTP) / ntp.sunny-portal.com
  • Transmission de données : Port 443 (https/TLS) / ldm-devapi.sunnyportal.com
  • Interface utilisateur : Port 443 (https/TLS) / ennexos.sunnyportal.com
  • SMA Webconnect 1.5 et SMA SPOT : Port 9524 (TCP) / wco.sunnyportal.com

Dans le cas de connexions VPN, il arrive souvent que des erreurs d’affichage et des restrictions de fonctionna-lités se produisent. C’est pourquoi nous vous invitons à contacter votre administrateur.

En cas d’utilisation d’un serveur Apache, activez l’option AllowEncodedSlashes (voir les informations disponibles sur le site httpd.apache.org/docs/2.4/de/mod/core.html.

Compteurs d’énergie

Oui. Pour modifier le débit de transfert de données du SMA Energy Meter, vous devez vous connecter à l’interface utilisateur du SMA Energy Meter avec le groupe d’utilisateurs Installateur (voir les instructions du SMA Energy Meter). La configuration à distance du SMA Energy Meter n’est pas possible pour des raisons de sécurité.

Pour ajouter de nouveaux appareils au Data Manager, ceux-ci doivent être en service et se trouver dans le réseau local. Sur l’interface utilisateur du Data Manager, procédez aux réglages suivants :

  1. Sélectionnez dans le menu Configuration l’élément de menu Gestion des appareils.
  2. Sélectionnez le bouton [+].
  3. Sélectionnez Appareils Modbus et confirmez en appuyant sur [Suivant].
  4. Saisissez les données de l’appareil et confirmez en cliquant sur [Suivant].
  5. Sélectionnez les appareils et cliquez sur [Sauvegarder].
  6. Dans le menu Configuration, sélectionner l’élément Configuration du compteur.
  7. Sélectionner le nouvel appareil comme compteur d’injection réseau et d’énergie prélevée sur le réseau.
  8. Cliquez sur [Sauvegarder].

Vous pouvez connecter au Data Manager des compteurs d’énergie appropriés via le réseau local. Tous les compteurs d’énergie équipés d’une interface Modbus TCP peuvent aussi être raccordés. Les données mesurées sont affichées en temps réel dans le Data Manager, sous la forme d’une vue Liste. De plus, les données peuvent être affichées avec retard sous la forme d’une courbe, dans le Sunny Portal powered by ennexOS.

Le tableau suivant présente les possibilités de raccordement des compteurs d’énergie :

Compteurs d’énergie Configuration Interface SMA Energy Meter Janitza
Power Analyser UMG 604-PRO
Elkor
WattsOn-Mark II Precisi-on Energy Meter
Compteur d’injection et d’énergie prélevée sur le réseau Entrée de puissance en W Ethernet Speedwire Modbus TCP Modbus TCP
Entrée de puissance en W Ethernet Speedwire Modbus TCP Modbus TCP
Tension en V Ethernet Speedwire Modbus TCP Modbus TCP
Intensité en A Ethernet Speedwire Modbus TCP Modbus TCP
Compteur d’injection en Wh Ethernet Speedwire* Modbus TCP* Modbus TCP*
Compteur pour l’énergie prélevée sur le réseau en Wh Ethernet Speedwire* Modbus TCP* Modbus TCP*

* Valeurs du compteur à compter du jour de la mise en service

Précisément un compteur d’énergie au niveau du point de raccordement au réseau est pris en charge. Celui-ci est utilisé à la fois pour la surveillance et le bilan énergétique ainsi que pour la commande et la régulation au niveau du point de raccordement au réseau.

Le SMA Energy Meter est raccordé au point de transfert vers l’exploitant de réseau :

  • sur les installations basse tension (conformément à la directive VDE AR-N 4105, par ex.), il s’agit du point de connexion au réseau basse tension.
  • sur les installations moyenne tension (conformément à la directive VDE AR-N 4110), le point de transfert se situe côté moyenne tension du transformateur (les transformateurs de courant et de tension doivent être raccordés côté moyenne tension selon le même schéma de câblage)

Systèmes I/O ext.

Il se peut que l’adresse IP du système I/O ne puisse pas être déterminée. Dans les réglages du routeur, vérifiez si DHCP est activé et activez-le le cas échéant. Assurez-vous que le système I/O est défini sur DHCP. Pour ce faire, tous les interrupteurs DIP du système I/O doivent être en position MARCHE (voir les instructions du fabricant).

Pour utiliser le système I//O avec le Data Manager, le système ainsi que son adresse IP doivent avoir été spécifiés dans le Data Manager. Pour déterminer l’adresse IP du système I/O, procédez de la manière suivan-te :

  1. Sur un terminal approprié, ouvrez l’interpréteur de commandes et entrez la commande « arp -a ».
    1. Une liste de toutes les interfaces avec l’adresse IP, l’adresse physique et le type est émise.
  2. À l’aide de l’adresse physique, lisez l’adresse IP correspondante.
    1. Les systèmes I/O de WAGO utilisent des adresses physiques dans la plage 00-30-de.
    2. Les systèmes I/O de Moxa utilisent des adresses physiques dans la plage 00-90-E8.

Assurez-vous que le système I/O est réglé sur DHCP ou une adresse IP valide (voir les instructions du fabricant ou les instructions sur le site www.SMA-Solar.de).

Le système I/O doit être configuré de la manière suivante (de gauche à droite) :

  • 750-352 : coupleur/contrôleur de bus de terrain
  • 750-602 : injection de potentiel (24 V)
  • 750-1414 : 8 entrées numériques (24 V)
  • 750-1515 : 8 sorties numériques (24 V)
  • 750-464 : 2/4 entrées à résistance (2 x Pt100)
  • 750-455 : 4 entrées analogiques (4 à 20 mA)
  • 750-559 : 4 sorties analogiques (0 à 10 V)
  • 750-600 : borne terminale
WAGO-I/O-SYSTEM 750

Le WAGO-I/O-SYSTEM 750 est adapté au raccordement de capteurs de température Pt100 à 2, 3 ou 4 conducteurs. SMA supporte uniquement le raccordement de capteurs de température Pt100 à 2 conducteurs car la borne de bus 750-464 est préréglée sur la technique de mesure à 2 canaux (voir figure 1). Les entrées non utilisées doivent être court-circuitées (voir figure 2).

WAGO-I/O-SYSTEM 750

La valeur -200 °C s’affiche dans l’interface utilisateur du Data Manager pour les canaux de mesure court-circuités. Aucune valeur ne s’affiche si les capteurs sont défectueux ou si un câble est endommagé (voir les instructions du fabricant ou celles figurant sur le site www.SMA-Solar.de).

Assurez-vous que les deux systèmes I/O ont été réglés sur DHCP ou une adresse IP valide. Assurez-vous que le mode des entrées analogiques est ajusté pour ioLogik E1242 (voir les instructions du fabricant).

Adresse IP

Les adresses IP des systèmes I/O de Moxa peuvent être réglées via l’interface utilisateur ou via le programme ioSearch de Moxa.

ioLogik E1242

Pour pouvoir utiliser les entrées analogiques de ioLogik E1242 avec le Data Manager, les entrées analogiques de ioLogik E1242 doivent être réglées sur 4 mA à 20 mA (voir les instructions du fabricant).

Moxa ioLogik E1260

(Data Manager M Lite, Data Manager M, Data Manager L)

Technique sensorielle

Vous pouvez connecter des capteurs de température, des capteurs de rayonnement solaire et des anémomètres à un système I/O approprié. Les données mesurées sont affichées en temps réel dans le Data Manager, sous la forme d’une vue Liste. De plus, les données peuvent être affichées avec retard sous la forme d’une courbe, dans le Sunny Portal powered by ennexOS.

La linéarisation des données des capteurs de température a lieu dans le système I/O. Dans le cas des capteurs de rayonnement solaire et des anémomètres en revanche, le capteur lui-même doit être conçu pour la linéarisa-tion des données.

Pour en savoir plus sur les possibilités de raccordement des capteurs, voir l’information technique « SMA DATA MANAGER / SUNNY PORTAL powered by ennexOS - Aperçu des fonctions » sur le site www.SMA-Solar.de.

ioLogik E1260 de Moxa est adapté au raccordement de capteurs de température Pt100 à 2 ou 3 conducteurs.

Raccordement à 3 conducteurs :

Moxa 3-conductor connection

Lors du raccordement de capteurs de température Pt100 à 3 conducteurs, les mesures sont plus précises surtout lorsque les câbles sont longs.

Raccordement à 2 conducteurs :

Moxa 2-conductor connection

Lors du raccordement de capteurs de température Pt100 à 2 conducteurs, SMA recommande de raccorder au ioLogik E1260 de Moxa un câble blindé à trois fils. Rapprochez le troisième conducteur des capteurs de température Pt100 et reliez-le à l’un des deux raccordements Pt100. Raccordez le blindage du câble, sur un seul côté, au conducteur de protection au niveau de ioLogik E1260 de Moxa. ioLogik E1260 de Moxa n’a pas de raccordement pour un conducteur de protection. C’est pourquoi il convient d’utiliser le conducteur de protection du relais de commande (le rail DIN ou le boîtier de l’armoire de distribution doivent disposer d’un conducteur de protection).

En cas de valeurs de mesure imprécises, les entrées de ioLogik E1260 de Moxa peuvent être étalonnées via l’interface utilisateur (voir les instructions du fabricant).

Client Modbus

Il se peut que certains appareils Modbus aient été redémarrés en raison d’une chute de tension. Ces appareils ont alors reçu de nouvelles adresses IP du routeur DHCP. Cela peut se produire lorsqu’aucune adresse MAC n’a été paramétrée dans le routeur DHCP. Les appareils Modbus ne se voient alors pas automatiquement attribuer la même adresse IP.

Réglez l’adresse MAC dans votre routeur DHCP ou prolongez la durée du bail (lease time).

Si l’adresse IP d’un appareil Modbus a été modifiée, celle-ci doit être entrée dans l’assistant d’installation du Data Manager.

Si possible, veuillez attribuer aux appareils Modbus des adresses IP statiques.

Dans le produit, les octets sont réglés de la manière suivante et doivent être ajustés le cas échéant dans l’appareil RS485 :

  • Transmission de 8 bits, aucune parité
  • Débit en bauds : 1200, 9600 ou 19200
  • Bits d’arrêt : 1

Serveur Modbus

Cela est dû au fait que les valeurs ne sont pas attribuées en tant que valeurs de l’installation dans la configuration du capteur.

Sunny Portal powered by ennexOS

  1. Sélectionnez une installation dans le Sunny Portal powered by ennexOS.
  2. Dans le menu Analyse, sélectionnez l’élément de menu Analyse Pro.
  3. Sélectionnez les points de données et les plages de temps souhaités.
  4. Cliquez sur le bouton Détails.
  5. Cliquez sur le bouton Téléchargement.
  6. Sélectionnez l’emplacement d’enregistrement et validez.
    1. Les données sont téléchargées sous la forme d’un fichier CSV.

Oui, cela est possible dans le Sunny Portal powered by ennexOS. Vous pouvez y créer et visualiser des sections et des groupes d’installation.

Cela n’est possible que pour les installations équipées d’une Sunny WebBox ou d’un SMA Cluster Controller.

Lorsqu’une installation est supprimée dans le Sunny Portal powered by ennexOS, le Data Manager correspondant ainsi que les éventuels esclaves doivent être réinitialisés aux réglages par défaut. Si tel n’est pas le cas, ces Data Manager ne pourront pas être enregistrés dans d’autres installations.

Système de gestion du réseau

Pour régler l’injection zéro, l’installation doit comporter un compteur approprié au niveau du point de raccordement au réseau. Sur l’interface utilisateur du Data Manager, procédez aux réglages suivants :

  1. Sélectionnez dans le menu Configuration l’élément de menu Système de gestion du réseau.
  2. Sélectionnez Puissance active.
    1. L’assistant d’installation s’ouvre.
  3. Confirmez chaque étape en cliquant sur [Suivant].
  4. Sélectionnez le mode de fonctionnement Régulation.
  5. Sélectionnez la source de signaux Pilotage manuel.
  6. Saisissez 0 dans le champ Consigne de puissance active. Pour être vraiment sûr qu’aucune injection dans le réseau n’a lieu, il est possible d’entrer une valeur négative. L’énergie continue toutefois d’être prélevée en dépit de cette valeur négative. La valeur négative doit dans ce cas correspondre à la consommation de base.
  7. Saisissez 1 dans le champ Intervalle de temps.
  8. Saisissez 100 dans le champ Gradient de la puissance active.
  9. Dans le champ Puissance de l’installation totale, saisissez la valeur souhaitée.
  10. Cliquez sur [Sauvegarder].

Aucun réglage supplémentaire n’est requis. Sur le tableau de bord de l’installation, vous trouverez désormais un nouveau widget permettant de limiter la puissance active.

Non, le Data Manager a besoin de signaux statiques aussi bien au niveau des entrées numériques internes qu’au niveau des entrées externes (système I/O de Wago ou Moxa). Pour pouvoir utiliser des signaux à impulsions, un prétraitement est requis (via un mini-API par ex.). Pour plus d’informations, voir l’information technique « Mise en œuvre de consignes de puissance via des signaux à impulsions » sur le site www.SMA-Solar.com.

Il convient de faire la distinction entre puissance active et puissance réactive :

Puissance active

Lorsque l’exploitant de réseau préconise une consigne de puissance active au niveau du point de raccordement au réseau, cela se rapporte toujours à la mesure au niveau du point de raccordement au réseau. Pour les installations d’injection uniquement, le mode de fonctionnement « Commande » (sans rétroaction de la valeur instantanée) est donc suffisant. Pour les installations avec autoconsommation, le mode de fonctionnement « Régulation » (avec rétroaction de la valeur instantanée) doit être utilisé dans la mesure où l’énergie photovoltaïque excédentaire est ainsi convertie en autoconsommation et que la valeur de puissance au niveau du point de raccordement au réseau satisfait toutefois à la consigne de l’exploitant de réseau.

Puissance réactive

Aussi bien dans les installations d’injection uniquement que dans les installations avec autoconsommation, le mode de fonctionnement « Régulation » (avec rétroaction des valeurs de mesure du point de raccordement au réseau) doit être sélectionné. Cela permet de prendre en considération et de réguler les effets des câbles et du transformateur par le biais du Data Manager.

Il peut arriver que, dans les installations avec une forte autoconsommation et des besoins élevés en puissance réactive (en cas d’exploitation de machines électriques dans des entreprises commerciales et industrielles sans installation de compensation supplémentaire par ex.), les valeurs de consigne au niveau du point de raccordement au réseau (valeur de puissance réactive, valeur cos φ) ne puissent pas être régulées par l’onduleur photovoltaïque. Dans de telles installations, les onduleurs photovoltaïques ne généreront pratiquement que de la puissance réactive et très peu de puissance active. Dans ce cas, le mode de fonctionnement « Commande » est recommandé. Veuillez contacter votre exploitant de réseau sur place.

Non, ce n’est pas possible pour l’instant. Pour une régulation et une commande intégrales, les valeurs de mesure des puissances active et réactive sont requises. Celles-ci sont fournies par un appareil de mesure au point de raccordement au réseau lorsqu’il est possible de mesurer aussi bien la tension que l’intensité.

Cela doit être évité. Sinon, les valeurs de puissance active et réactive ne coïncideront pas avec les valeurs réelles. Les pertes du transformateur ainsi que son déphasage entraînent alors des erreurs de mesure.

Non, dans ce cas, il est possible d’utiliser un appareil de mesure « virtuel » du Data Manager au point de raccordement au réseau. Une valeur de consigne cos φ externe peut ainsi être définie. Cette valeur sera différente de celle définie au niveau du point de raccordement au réseau. Une régulation externe par l’exploitant de réseau est requise.

Sur l’interface utilisateur du Data Manager, procédez aux réglages suivants :

  1. Activez le serveur Modbus.
  2. Configurez un profil Modbus à l’aide du type d’appareil « compteur bidirectionnel avec canal de puissance ».
    1. Pour la désignation du canal « état du compteur pour l’énergie prélevée », sélectionnez l’adresse de registre 30513 et le facteur d’échelle 0.
    2. Pour la désignation du canal « état du compteur d’injection », sélectionnez l’adresse de registre 30513 et le facteur d’échelle 1.

Configurez en premier les Data Manager en mode esclave. Configurez ensuite les Data Manager en mode maître. Ce n’est que lorsque tous les Data Manager sont configurés que vous pouvez enregistrer l’installation sur le Sunny Portal powered by ennexOS.

Un Data Manager en mode esclave ne peut être utilisé qu’en mode de commande. Le maître se charge de la régulation.

Cette communication est surveillée avec un timeout fixe de 10 secondes. En cas de panne de la communication, l’appareil est indiqué comme « perturbé ». Si une régulation (closed loop control) est activée au niveau du point de raccordement, le mode de fonctionnement bascule sur « Commande » (open loop control). Les valeurs de consigne sont alors transmises aux onduleurs (sans régulation). Il s’ensuit qu’un ou plusieurs onduleurs ne détectent pas ce dysfonctionnement en tant que tel et que leur propre comportement de secours ne soit pas activé en cas de panne de communication. Les onduleurs continuent de recevoir les consignes du Data Manager.

SMA Speedwire Encrypted Communication (SEC)

Si la communication de données entre les Data Manager et les onduleurs est cryptée, cela permet de réduire de manière drastique les cyberattaques sur les installations photovoltaïques.

  • SMA Data Manager M
  • Onduleurs avec SMA Speedwire à partir de la date de fabrication > 2010, non raccordés via une SMA Com Gateway

  1. Annulez le cryptage de l’installation via le Sunny Explorer.
  2. Supprimez l’ancien appareil de l’installation.
  3. Ajoutez le nouvel appareil dans l’installation.
  4. Activez le cryptage de l’installation en entrant le nouveau mot de passe.

  1. Annulez le cryptage de l’installation via le Sunny Explorer.
  2. Ajoutez le nouvel appareil dans l’installation.
  3. Activez le cryptage de l’installation en entrant le nouveau mot de passe.